les jeux de role

Pourquoi jouer aux jeux de rôle ?

  • Par
  • 7 minutes
les jeux de role

« Qui n’a jamais rêvé de ces mondes souterrains, de ces mers lointaines peuplées de légendes ou d’une richesse soudaine qui se conquerrait au détour d’un chemin ? »

Cette envie d’aventures et de fantastique, d’évasion, c’est ce que proposent les jeux de rôle. C’est une activité encore assez peu connue, bien qu’elle soit développée dans le monde entier. Elle fait appel à l’imaginaire et offre à celles et ceux qui la pratiquent des souvenirs impérissables. Tout ce qu’elle demande, dans une époque où tout doit être efficace et rentable, c’est un investissement en temps et un groupe d’amis – avec ces quelques ingrédients, ce sont des voyages formidables et des moments incroyables qui sont rendus possibles !

Le parcours d’un joueur de jeu de rôle peut vous éclairer sur un loisir aux possibilités infinies, qui est une véritable ouverture sur une multitude de mondes et d’émotions !

Jouer… rêver peut-être

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ces jeux curieux qu’on qualifie de « jeux de rôle ». Peut-être même que vous avez vu des gens y jouer, dans Stranger Things par exemple. Et ça vous a peut-être un petit peu titillé l’imaginette (la glande à imagination ; cherchez pas, c’est de la médecine de pointe), mais vous vous êtes dit que c’était bien trop compliqué pour vous : quand le magicien et les nains sont venus frapper à votre porte, vous avez décidé de rester pépère à la Comté, à manger des omelettes au jambon en écoutant pousser les rhododendrons.

Et voilà qui est une belle et bonne façon de mener une existence sereine. Mais quand même, ça vous a frustré.

Vous auriez bien voulu, vous, explorer la Moria, et débusquer d’affreux monstres dans leur tanière. Vous avez beau vous repasser le Seigneur des Anneaux en boucle, il manque quand même un petit quelque chose, et hurler « pour la Comté ! » en découpant la dinde de Noël ne suffit pas à étancher cette soif d’aventure qui vous taraude.

Vous savez ce qui aurait réussi à l’étancher ? Non, les deux du fond, pas « deux litres de rhum arrangé ». Les jeux d’aventure.

« Tu fais une aventure, avec tes copains ? »

Quand j’étais ado, il y a très longtemps, pendant que les gosses des voisins gravaient des mammouths et des aurochs sur les murs, je m’ennuyais vigoureusement. Les heures passées à lire Tolkien, Jack Vance ou Boule et Bill (il n’y a pas que la fantasy dans la vie) ne me satisfaisaient pas entièrement. Mais un jour, j’ai découvert ce qu’on appelait à l’époque les « jeux d’aventure ». Bientôt, tous les week-ends, ma maman me demandait : « vous faites une aventure avec tes copains ? ».

On s’asseyait autour d’une table, avec des fiches, une poignée de dés, un bouquin de jeu de rôle et un paquet de Pépitos, et c’était parti. Quelques heures plus tard, on revenait avec des étoiles dans les yeux et des histoires de magiciens, de dragons, d’exploration de cités perdues et de trésors improbables.

On s’était fait un coin d’ailleurs à deux pas de chez nous. À l’époque, c’était assez difficile de se procurer les jeux en question, et l’offre était plutôt chiche : quand un copain mettait la main sur un bouquin de jeu de rôle, c’était comme s’il avait dégotté la clef d’une porte donnant sur un autre monde.

Beaucoup d’allers, aucun retour

Explorer l’univers de Tolkien, c’est possible !

Je serais ravi de montrer à mon « moi de quand j’étais ado » des jeux comme L’Anneau Unique, qui permet de découvrir la Terre du Milieu de Tolkien dans un somptueux écrin : bourré de cartes, d’illustrations et de descriptions détaillées des sites et personnages emblématiques de Bilbo et du Seigneur des Anneaux, ce jeu de rôle est un voyage à lui tout seul, un aller et un retour…

L’ancêtre de tous les jeux de rôle !

le jeu de role donjons et dragons

Il faudrait également que je me parle de la 5e édition de Donjons & Dragons, le premier et le plus pratiqué des jeux de rôle, qui s’enrichit chaque mois de nouvelles aventures et de guides pour partir à l’aventure dans des paysages et des contrées exotiques. Cette édition est la synthèse de plus de 40 ans de parties, de souvenirs épiques et de scénarios désormais légendaires. Des générations de joueuses et de joueurs y ont contribué, par leur passion !

Une plongée dans le monde du Sorceleur…

le jeu the witcher

J’aimerais dire à cet ado que j’étais de patienter un peu, pour pouvoir jouer au jeu de rôle inspiré de The WitcherAprès avoir lu les romans, joué aux jeux vidéo et regardé la série télévisée, qui n’aurait pas envie d’enfiler sa tenue de Sorceleur pour aller chasser quelques bestioles bien dangereuses dans un des univers de fantasy les plus fouillés ?

Jouer au samouraï !

 La Légende des Cinq Anneaux, le jeu de societe

Et quitte à chercher le dépaysement, je proposerais à cet ado d’aller faire un tour dans l’Empire d’Émeraude pour incarner un féroce samouraï ou un courtisan dont les mots sont plus tranchants encore que l’acier : pour cela, il suffit de faire une partie de La Légende des Cinq Anneaux, un jeu inspiré des légendes fantastiques et héroïques japonaises ainsi que des films de samouraïs.

L’exotisme, ce n’est pas que la fantasy… il y a aussi l’horreur !

le jeu  L’Appel de Cthulhu

Pourquoi ne pas remonter le temps jusqu’aux années Folles, en 1920, et se confronter à des monstres indicibles et pernicieux grâce à L’Appel de Cthulhu, un des jeux les plus accessibles, à l’atmosphère unique inspirée des récits terrifiants de H. P. Lovecraft ? Préservez votre santé mentale… La survie du monde peut en dépendre !

De l’autre côté des rêves…

Je voudrais pouvoir inviter, aujourd’hui, le gosse que j’étais à se servir du trousseau de clefs que je possède à présent. Lui dire qu’il y a encore des tas de portes à ouvrir, et que désormais, les ludicaires organisent des parties d’initiation un peu partout (même en ligne), proposant de jouer mieux que jamais dans les plus beaux univers fantastiques (parce qu’on va pas se mentir : Boule et Bill, c’est super cool, mais il y a des jours où on a envie de bastonner du Balrog et pis c’est tout).

Mais je n’ai pas vraiment besoin, parce qu’à vrai dire, je n’ai jamais cessé de jouer. L’ado a grandi (et pris du poids, oui : si j’avais un conseil à lui donner, ce serait plutôt « mollo sur les Pépitos »). Il n’a jamais cessé d’arpenter les territoires étranges et merveilleux de mondes impossibles. Et d’y inviter d’autres amis, dont certains voyagent encore avec lui aujourd’hui.

Alors, vous faites une aventure avec vos copains ?


mascotte Asmodee

Sandy

À 48 ans, je suis un vieux jeune joueur de jeux de rôle. Parce que j’ai commencé il y a plus de trente ans, et parce que je n’ai jamais cessé de commencer : chaque nouveau jeu me fait dépoussiérer ma façon de jouer et m’ouvre des horizons inédits. Après avoir beaucoup joué, j’ai également traduit un bon nombre d’ouvrages de jeu de rôle et même eu l’occasion de participer à la rédaction de quelques-uns.

Les jeux de l’article